Un intérêt pondéré

L'obtention de votre consentement reste une best practice, mais le marketing direct est aussi autorisé en cas d'intérêt pondéré.

Il s'agit ici d'une pondération de l'intérêt entre, d'une part, l'intérêt légitime du responsable du traitement (p. ex. l'entreprise qui vous envoie un message de marketing direct) et d'autre part, l'intérêt ou les droits et les libertés fondamentaux de la personne concernée (vous en l'occurrence).

Cette pondération de l'intérêt doit être effectuée au cas par cas.

La l'Autorité estime qu'en pratique, l'équilibre est un exercice loin d'être évident, notamment dans le cadre du courtage d'adresses et de profils.

Par contre, l'Autorité accepte que l'intérêt pondéré soit considéré comme un fondement pour justifier notamment une enquête de satisfaction menée auprès de ses propres clients sur les produits et les services qu'ils achètent, informer les prospects de nouvelles promotions s'ils ont eu récemment des contacts avec la société à ce sujet ou envoyer une invitation à d'anciens clients ou à des clients existants pour renouveler ou prolonger leur contrat.